COP23: Les U.S.A n’ont pas dit leurs derniers maux

Retour sur un événement marquant de la COP23: L’intervention des Etats-Unis pour défendre les énergies fossiles.

« Il ne fait pas de doute que les énergies fossiles vont continuer à être utilisées », a déclaré George David Banks, assistant spécial du président Donald Trump pour l’environnement. Mais « il est dans l’intérêt de tous que, lorsque des énergies fossiles sont utilisées, elles soient aussi propres et efficaces que possible », a-t-il ajouté. Les énergies fossiles ne sont pas la seule solution, « les énergies renouvelables ont un avenir brillant et joueront un rôle essentiel » pour l’accès à l’énergie des pays en voie de développement, a ajouté M. Banks. Mais cela suppose « des avancées dans les technologies de stockage et de transmission (…), des innovations qui les rendent vraiment compétitives », a-t-il souligné. D’ici là, l’idée que le monde peut « atteindre des objectifs climatiques ambitieux, soutenir comme il le faudrait le développement des pays pauvres et assurer l’accès à l’énergie uniquement en déployant (des énergies) solaire et éolienne est naïf. Voilà la réalité », a insisté le conseiller du président Trump.

L’intervention de M. Banks, bien qu’inappropriée au lieu et au moment, a le mérite de soulever le point épineux du rôle des énergies fossiles dans la transition énergétique.

Les besoins auxquels répondent les énergies fossiles aujourd’hui (transport, production électrique, chauffage) peuvent tous être adressés par les ENR et les vecteurs associés (batterie, hydrogène). Il n’y a donc pas de barrières technologiques contrairement à ce qu’avance l’administration Trump. La contrainte technique se trouvant plutôt du côtés des technologies CCS qui n’ont pas encore fait leur preuve à une échelle significative.
La question du coût est aussi hors de propos à la vue des LCOE pour l’année 2017 (voir diagramme ci-dessous). De plus, ces coûts n’intègrent pas un prix du carbone qui viendrait jouer un peu plus en faveur des ENR.

Alors quelles sont les raisons qui pousserait un pays à conserver les énergies fossiles dans le mix énergétique à venir?

  • Stratégique (pays producteur): exploitation d’une ressource locale et donc avantage compétitif.
  • Sociale: La sauvegarde des industries (et donc des emplois) des secteurs du pétrole, du charbon, du gaz et du nucléaire.
  • Financière: La vision court-termiste des investissement financier (rentabilité immédiate). Le LCOE étant une vision globale et long terme.
  • Economique (Nucléaire et automobile): le faible coût marginal, maintenant que les installations sont amorties (centrale ou réseau de distribution).

Ces raisons ne sont pas à négliger compte tenu de leur impact sur les décisions d’un pays. Elles peuvent d’autant plus nous aider à comprendre la démarche des Etats-Unis qui semblent tellement à contre sens de la mouvance mondiale.

Ci-dessous le comparatif des LCOE pour les ENR et les énergies fossiles (Source: LAZARD)

LCOE 2017.PNG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *