Les JH2: Les Bus hydrogène

Benoit FOURNAUD du Cluster H2 Bus France a présenté l’état du déploiement des bus en France avec plusieurs chiffres à l’appuie. Il a été notamment précisé que dans ce marché, les utilisateurs souhaitaient avoir une bonne visibilité sur la maintenance de leurs flottes puisqu’ils se chargeaient eux-même de cette étape contrairement à des voitures individuelles qui bénéficieraient d’une maintenance en garage.

Côté chiffre il a été avancé qu’un bus de 12 mètre se vend aujourd’hui à un prix de 650 k€ alors que ce même bus se vendait 1 M€ en 2010. De même que pour les stations, les bus bénéficient d’une subvention à l’achat de 200 k€ ce qui ramène le prix de vente à 450 k€ par bus.

Bien qu’aucun bus ne roule actuellement en France, la ville de Cherbourg et l’agglomération Grenobloise se sont manifestée pour bénéficier de ces subventions et ainsi rajouter deux flottes à la centaine de bus en circulation en Europe.

De son côté François SAVOYE, qui représantait le LUTB (Lyon Urban Truck & Bus), a fait part de son analyse en comparant les deux technologies électrique (batterie et hydrogène). Il en ressort que la batterie manque de flexibilité opérationnelle à cause de son temps de recharge long et de sa faible autonomie. Le point le plus avantageux pour l’hydrogène étant le maintient d’une charge utile et d’un volume de chargement compétitif pour le transport de marchandise. Il a d’ailleurs été annoncé que l’expérimentation terrain du Maxity (transport léger de marchandise réalisé par Symbio FCell et Renaut Trucks) allait être prolongée compte tenu des résultats positifs accumulés lors de cette première année de test.

 

Bus fabriqué par Solaris pour la ville de Hambourg

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *